Ma Photo

Mes livres...

Analyse

  • Analyse
Blog powered by Typepad
Membre depuis 11/2006

Pub!

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs - Littérature
  • Facebook
    Le profil Facebook de Elisabeth Robert

« Richard Keller | Accueil | Prix littéraires »

02 juillet 2007

Commentaires

Sarvane

Rien de nouveau... Qu'importe les chiffres, pourvu qu'on ait la passion !!!

LIza

D'accord avec Sarvane ! Il vaut mieux ne pas être matérialiste pour faire ce "métier" ! Qui, entre nous soit-dit est plus une passion !
Ecrivain en résidence... Cela me plairait bien, moi !

Florian

Le seul succès qu'un "petit" auteur doit espérer est de vaincre l'aigreur que sa petitesse lui renvoie.
En étant un moi-même, c'est mon combat quotidien.
Total accord avec toi pour le compte d'auteur, plus qu'à bannir. Il ne suffit que de voir ses pôvres grands écrivains à qui on a vendu, en plus des 10 euros par page imprimée, l'illusion des plus grandes promotions, et de s'ennuyer comme des rats morts, pendant des jours, derrière leur stand à dédicaces, baissant les yeux devant le mépris des visiteurs de salon. A raison de 15 ou 20% du prix du livre, il faudrait que l'entreprise (puisqu'on ne peut utiliser le terme d'éditeur), écoule des milliers d'exemplaires pour s'y retrouver.
L'auto-édition, dans ces conditions, conserve au moins la liberté, et rembourse rapidement l'impression.
Evidemment, c'est la passion qui doit habiter le petit auteur, et non le rêve de s'enrichir. Raconter des histoires, sans s'en raconter.

Franswa P.

C'est vrai qu'il n'est jamais inutile de remettre les choses en perspective. Je veux dire par là, de rappeler l'évidence, même si c'est fatalement parce que beaucoup de gens développent des trésors d'ingéniosité pour la nier (et y arrivent très bien au demeurant) que les illusions persistent.
Un écrivain qui marche ? Ben c'est Marc Lévy, non, pas vrai, et il brasse forcément des millions en deux temps trois mouvements ? Pas vrai ? Pas vrai ?
...
Ben non, désolé. Il y a tout un éventail de situations diverses entre celle de "l'obscur écrivain" (et encore, il faudrait définir clairement ce qu'on entend par là) et celle de l'écrivain qui a pignon sur rue.
Il n'est jamais inutile de le rappeler, sous peine de nourrir des fantasmes morbides à l'infini.
...
(mon dieu que ce commentaire est sentencieux. J'en ai presque honte.)

Elisabeth Robert

Ce qui est utile pour certains ne l'est pas forcément pour d'autres.
Au regard des ces chiifres, en tant qu'"écrivaillonne" (comme j'aime à me définir!:) je prends du recul.
Il est évident que je ne serais jamais Marc Lévy, mais faut-il pour autant arrêter d'écrire?

En fait ces chiffres appellent aux questions: écrire est-ce un métier?
Doit-on gagner de l'argent sur nos textes? Ou juste les partager!
Par ailleurs beaucoup d'auteurs aujourd'hui offrent en téléchargement gratuit leurs oeuvres...
Ce qui est aussi important de souligner c'est la différence, la grande marche entre un écrivain connu et reconnu qui vendra quoiqu'il arrive de par son nom (diffusion plus aisée, pubs en masse, invitations dans les médias) et le petit auteur qui rame et qui collecte quelques articles dans les magazines locaux...

Est-ce le talent qui fait la différence? La chance: être là au bon moment au bon endroit? Le piston?...

Marie-Laure

Les écrivains connus ont leur public ! En revanche pour les nons connus il y a forcément un facteur chance, une rencontre, bref on ne peut jamais savoir ce que donnera un livre et pourquoi certains sortent du lot ! Heureusement cela arrive...

Andy Verol

Sur ce thème, e-Torpedo a mis une nouvelle vérolée traitant du thème du retour dans le ventre... de la mère. A lire ici: http://www.e-torpedo.net/article.php3?id_article=1507&titre=La-mort-dans-Marcelle-Ma-mere-par

Andy Verol

http://andyverol.asianfreeforum.com/index.htm

et

http://andy-verol.blogg.org

Elisabeth Robert

@Andy Verol: mais quel est le rapport?

zoe.guillet@hotmail.fr

Bonjour
J'aurais aimé savoir si un mineur pouvait écrire un livre, et pouvoir espérer le faire éditer, ou si il n'y a aucune chance...
Pouvez vous me répondre ?
Soit sur ce site, mais je ne sais pas si vous faites les questions-réponces, ou alors sur mon adresse : zoe.guillet@hotmail.fr.
Merci

jemenfous

Bon je reprends, eh le pognon faut pas avoir honte d'en gagner ! arrêtez hein ? pleurnicher sur votre petite passion à partager entre amis, écrivains de tupperware oui !!! non prenez tout, ouvrez les bras, levy est mort!!! musso, les romans de gare déraillent!!! rie"n que des mots, pas de vie, pas de style, écrivez et tenter la grandeur, ya rien a perdre non ?

jemenfous

ui, bon enfin, c'est bien gentil ça d'écrire dans son coin, mais c'est des conneries quand même ! on dirait que ça leur fait honte l'argent à tous!!!
avant de vous rassurer sur pourquoi il est bon d'écrire ou pas, oublier pas: la faim, des gosses avec une imagination à se torcher de levy, y'en a plein, alors vous, si vous écrivez hein... et ben prenez l'argent et tout...faite lui voir au levy qui sait rien écrire, tout le monde le sait, c'est des livres pour l'oubliette net , de la psychologie gentillette et bourgeoise comme un baiser sur le front d'Arielle, en ôtant ses lunettes parce qu'une larme à couler dans le champagne en regardant le kosovo brûlé...écrivez et écraser les médiocres, prenez leur tout

Delcuse

Au fait, on parle de qui, quand on parle d'écrivain, du romancier, du nouvelliste, de l'essayiste ... De celui qui écrit pour divertir, de celui qui écrit pour provoquer ? Cela dit, être édité, et ne pas toucher un fifrelin, ça s'appelle de l'escroquerie. Et puis, un des commentateurs a raison, il faut cesser cette manie de croire que faire de l'argent avec l'écriture est honteux. Et, si des écrivains médiocres (si, si, ça existe, il suffit de faire un tour dans un super-marché - mais je ne citerais personne;-) remportent le pactole, cela montre juste la médiocrité du lecteur, réduit là au rang de client.

Possiblaprèstout

Oui, c'est pas le casino planétaire, l'écriture...Tu as bien raison de le rappeler Elisabeth.

J'ai publié deux bouquins. Le premier vendu à 27 exemplaires, le second, j'en suis à 50, après interviews et signatures diverses.
Ca me peine un peu. Pas pour les euros, mais pour les lecteurs. J'ai la faiblesse de penser que ce que j'écris n'est pas trop mal, alors j'aimerais bien en parler avec des lecteurs, un peu comme dans les ateliers d'écriture où on échange sur ce qu'on a écrit...
Quant à faire des best-sellers, j'en serais bien incapable et je ne me vois pas squatter les medias et semer les paparazzi. Juste le moment où je ne vois pas le temps passer sur ma page et sentir qu'écrire c'est toujours quelque chose qui vient de tout au fond de ce que je suis. Ca me suffit. Peut-être un jour j'arrêterai, mais ce sera parce que j'aurai changé, intimement changé.

ani

http://www.safemeds.com/viagra/online.html
http://www.safemeds.com/viagra/generic.html
Le nouvelle et le site Internet de style de vie amusement créé pour promouvoir l'amour de soi et appreciation parmi Les femmes.

Bernard Tellez

J'ai renoncé d'écrire et j'en suis fier. J'ai dit adieu à la littérature. "Moi qui me suis cru mage ou poète, je suis rendu au sol avec une réalité dure à étreindre, paysan!" D'autres l'ont écrit avant moi... " Je voudrais qu'il se résiste d'abord, qu'il en souffre. Il faut que sa vocation soit irrésistible, qu'il ne puisse pas ne pas écrire", écrivait Gide. Pour quoi faire? Ma passion est morte et je n'ai plus envie de témoigner pour quoi que ce soit. Etre libéré de sa vocation qu'est-ce au fond, si ce n'est de se rendre libre d'un amour pour une femme que l'on a longtemps aimé et qui vous a trahi, à cause d'eux, ceux qui ont systhématisé l'édition, qui ont tué ma flamme pour elle, la femme idéale désirée inaccesible. Et celle-ci m'a quitté sans se retourner sur le quai d'une gare où l'attendait un train silencieux qui ne mène nulle part, ou peut-être vers l'un de ces camps d'autrefois encore chauds dont on ne revenait pas? J'en suis resté baba, sans amertume, car j'ai le coeur sec.

jean-felix

bonsoir je m'appel jean-félix 17 ans je vous raconte une petite partie de ma vie je suis arrivé en france sans savoir ni lire ni écrire maistres vite je me suis trouvais des dons pour l'écriture mon imagination me fait creer des oeuvres magnifique evidement je n'est pas de maison d'edition et personne de mon entourage pas que je sache na de connaissance pour me mener a realiser un de mes réve je laisse mon imail dans l'espoir qu'une ou plusoeurs personne veuillent m'aidé je leurs en serrais reconnaisent.... titeuftiteuf14@yahoo.fr

Bernard Tellez

Le monde littéraire est un système où les valeurs sont au rendez-vous. Etre apprécié par un surdiplomé littéraire imbécile, c'est la rançon ou l'équivalence sociale de l'auteur, au goût du crétin qui le juge. Etre apprécié par plus sot que soi, voilà le dilemne, l'injure faite à la création, à la recherche de la vérité. Que soient bénis tous les imbéciles qui ont pour fonction d'apprécier et de juger. Surtout, ne pas perdre son emploi, l'étiquette de celui à qui incombe la lourde charge de la commercialisation d'un ouvrage. En écrire un seul, ce n'est déjà pas si mal. Je songe au pauvre et bienheureux Van Gogh. Mais que persiste pour l'éternité la duperie mentale dont il fut l'objet!

julien

Bonjour, merci pour ces infos, je ne sais pas si cela peut vous servir mais comme j’aime bien votre site je l’ai ajouté sur mon twitter, facebook, et digg-france, votre lien est là et ça peut attirer du monde http://www.diggfrance.com

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.